La liposuccion dans toute sa splendeur

By | décembre 12, 2019

liposuccion-paris
Au fur et à mesure que nous vieillissons, que nous prenons du poids, que nous développons des modèles défavorables de dépôt de graisse et que nous ressentons un relâchement tissulaire, certaines parties de nos corps deviennent de plus en plus carré. La mâchoire devient plus épaisse et moins distincte, un double menton se développe et les bajoues deviennent plus apparentes.

Méthodes traditionnelles de traitement du vieillissement du visage

Bien que le lifting facial et le lifting du cou soient considérés comme les procédures de référence pour traiter le vieillissement du visage dans son ensemble, les patients plus jeunes et les patients qui aimeraient se rétablir plus rapidement avec moins d’incisions ont tendance à se dérober à ces procédures. Pour cette sous-population, la liposuccion sous-mentale est une excellente option.

Liposuccion sous-mentale

La liposuccion sous-mentale, ou micro-liposculpture de la zone située sous le menton, est une intervention de modelage minimalement invasive pour le bas du visage. En utilisant une à trois minuscules incisions de 0,5 cm placées à des endroits discrets, un chirurgien plasticien expérimenté est capable d’affiner et de définir le bas du visage.

Il faut partir chez un spécialiste qui s’y connait vraiment sinon, en cas d’une mauvaise opération de liposuccion vous risquez d’être déçu toute votre vie .

Sélection des patients et considérations techniques

La première étape critique de la liposuccion sous-mentale est l’analyse du patient. Les meilleurs candidats pour l’intervention sont ceux qui présentent un excès de graisse pré-platine, un « double menton » ou l’apparence d’un visage lourd, de forme carrée et avec un fond lourd. Pour ceux qui présentent des bandes platysmales, une peau excessivement mince, des tissus inélastiques ou une graisse minimale dans cette région, la liposuccion sous-mentale peut ne pas être une option aussi efficace.

Marquage

Un spécialiste de cette technique dit q’une fois qu’il a déterminé qu’un patient est un bon candidat pour l’intervention, il marque le patient en position assise pendant qu’il tient un miroir à main pour participer activement au processus. Les poches de graisse problématiques ou gênantes sont identifiées et encerclées. il prends également un moment pour marquer les sites d’incision prévus (incisions de 0,5 cm au niveau du pli sous-mental et du sillon post-auriculaire bilatéralement. Enfin, il marque bilatéralement l’angle de la mandibule et l’évolution présumée du nerf mandibulaire marginal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *